• Caphi

Accueil  Publications  Ernest Renan – De l’idéalisme au scepticisme

Ernest Renan – De l’idéalisme au scepticisme

jeudi 28 mai 2015, André Stanguennec


La pensée d’Ernest Renan n’est pas seulement cette religion de la science à laquelle on est souvent tenté de la réduire. Il s’agit plutôt de l’idée d’un monde divin dont la science, y compris la science de la religion, est assurément le plus beau fleuron. Or la science y est toujours associée à l’art et à la morale. Renan n’est ni un positiviste pour qui la vérité ne serait donnée que par la science, la religion n’en étant qu’un complément subjectivement nécessaire (Auguste Comte) ni un agnostique doublé d’un pragmatique, admettant la nécessité d’une « science idéale », tout en professant une confiance absolue dans les progrès techniques des siècles (Marcelin Berthelot). C’est le « romantisme » de sa religion de la science qui sépare Renan de ces savants positivistes et pragmatiques. La science et la religion se réfléchissent mutuellement, s’éclairent et se critiquent d’abord l’une l’autre pour tendre à une figure idéale de synthèse, difficile à fixer pour qui exigerait une définition. La coexistence tensionnelle des contraires est en effet la valeur suprême de l’esprit aux yeux de Renan. Pour lui, les contraires, au lieu d’affirmer violemment leur incompatibilité d’humeur ou d’idées, doivent se réfléchir et s’enrichir l’un l’autre. Il en allait déjà ainsi des dualités singulières de sa vie personnelle qu’une analyse existentielle tâcherait de restituer. Il en ira encore de même, à titre d’exemples parmi d’autres, de celles qu’il exposera dans l’essence d’une nation et, finalement, jusque dans la composition dynamique du monde, c’est à dire de Dieu in fieri. Il s’agira toujours d’une affirmation de contraires bipolaires, tantôt renforcés, tantôt affaiblis dans leur réflexion mutuelle. C’est que l’unité visée de la science et de la religion est autant un idéal du sentiment et de l’imagination que de la raison. Le présent ouvrage se consacre à l’examen de la possibilité de ces « synthèses », terme corrélatif chez Renan de celui d’« idéal », tous deux constituant son « idéalisme ». De la réalisation effective de l’unité visée dépend la valeur de cet idéalisme, avec le risque, auquel il n’échappe peut-être finalement pas, de verser dans une forme de scepticisme qu’il nous conviendra de définir.

P.-S.




À propos de l'auteur :

Professeur émérite. Hegel, Idéalisme allemand et herméneutique contemporaine envisagée particulièrement sous l’angle du symbolisme de la culture (S. Mallarmé, E. Cassirer, H-G. Gadamer), constitution de la pensée dialectique.


Courrier électronique : André Stanguennec


Du même auteur :
  • L’humanisation de la nature

    André Stanguennec
    Ce livre complète les analyses phénoménologiques des Horreurs du monde (2010, Éditions de la Maison des sciences de l’homme) qui concernait essentiellement l’univers « humain » sous son aspect affectif, esthétique et historique. Il s’agit ici de l’univers « naturel » envisagé sous l’aspect des transformations tant pratiques que théoriques que l’homme lui a fait subir. Sont considérées successivement, d’abord, l’humanisation comme devenir humain de la nature, dans la perspective d’une humanisation évolutive (...)

  • Leçons sur le rationnel et l’irrationnel

    Métaphysique, critique, pratique

    André Stanguennec
    Ces 23 Leçons sur le rationnel et l’irrationnel, données plusieurs fois au Département de philosophie et reprises à l’Université Permanente de Nantes, s’adressent à tout amateur de philosophie.
    Les relations du rationnel et de l’irrationnel qui font leur objet, sont un thème de réflexion permanent de la philosophie dans son histoire. Elles sont envisagées ici à trois points de vue successifs : celui de la métaphysique, antique, classique et moderne ; celui de la critique de la raison métaphysique, menée (...)

  • Analogie de l’être et attribution du sens

    La dialectique réflexive (III)

    André Stanguennec
    Troisième et dernière recherche de La dialectique réflexive, achevant la constitution de l’ontologie du soi ou « séisme ». L’intérêt du livre n’est pas seulement spéculatif ou de philosophie théorique, mais, conformément à la méthode mise en œuvre dans les deux premiers volumes, également historique, puisque ce sont les traditions de « l’analogie de l’être », de « l’attribution » et de la « participation » en régime métaphysique, notamment chez les auteurs dits scolastiques, de même que les rapports entre (...)

  • La philosophie romantique allemande

    André Stanguennec
    Les textes du romantisme allemand font l’objet de nouvelles éditions et traductions (épistémologie, herméneutique, esthétique générale, théorie de la littérature, philosophie politique) attestant la rigueur proprement conceptuelle de ce mode de philosopher que des interprétations françaises (Béguin, Ayrault, Brion) avaient centré sur une esthétique psychologique.Cette étude entend montrer que le « philosopher romantique allemand » s’avère rigoureux et fécond pour notre (post)modernité, tout en interrogeant (...)

  • Peinture et philosophie

    Un essai de phénoménologie comparée

    André Stanguennec
    Cet ouvrage se propose d’analyser les rapports entre peinture et philosophie modernes, depuis la peinture romantique allemande, l’impressionnisme et l’abstraction, jusqu’au ready-made, à l’art conceptuel et aux pratiques photographiques ou vidéo-filmiques contemporaines.
    À cette fin, il met en oeuvre trois démarches articulées : une philosophie de la culture (Ernst Cassirer, Erwin Panofsky, Nelson Goodman) qui considère l’art comme une forme symbolique ; une pensée dialectique (Georg Wilhelm (...)

  • Cahiers de philosophie de l’Université de Caen, n° 47, 2010

    Le phénomène Europe

    Numéro dirigé par Jean-Marie Lardic et Ari Simhon.

    André Stanguennec, Ari Simhon, Jean-Marie Lardic
    L’Europe n’est pas une simple identité culturelle facilement repérable, et la tâche propre du philosophe est de montrer qu’elle est d’abord une question décisive et prioritaire, car c’est la possibilité même de sa définition qui ne va pas de soi. Étudier l’Europe en tant que « phénomène », être attentif au « phénomène Europe », comme le proposent les travaux réunis ici par les équipes de recherche de Nantes (CAPA) et de Caen (Identité et subjectivité), permet d’une part de ne pas enfermer dangereusement l’Europe (...)

  • Les horreurs du monde

    Phénoménologie des affections historiques

    André Stanguennec
    Phénoménologiquement, l’horreur est une émotion aussi fondamentale que l’angoisse ou la joie dans notre rapport au monde. Pourtant, en dehors de quelques notations précieuses de Sartre, elle n’a jamais fait l’objet d’une recherche phénoménologique approfondie.
    Ce livre veut donc combler une importante lacune. Mais il entend aussi montrer que, au-delà de ses caractères invariants, l’horreur étant par essence une émotion au sein d’une histoire individuelle ou collective, elle a fait en Europe l’objet (...)

1 | 2


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons