• Caphi
Centre Atlantique de Philosophie
Accueil du site  Publications  D’un pas de philosophe

D’un pas de philosophe

lundi 21 janvier 2013, Michel Malherbe


Un ouvrage à lire sans passion, en toute tranquillité de pensée, Quand on est à la montagne ou quand il neige. Mais aussi quand on se pose des questions. Un ouvrage où l’on raconte des histoires de montagne Qui sont aussi des questions de philosophie Dans l’espoir de découvrir quelques vérités de vie

En montagne, on monte et on descend, on monte le souffle en effort, on descend les genoux en fatigue. Car la montagne est là, ce n’est pas comme la mer qui vous emporte ailleurs. Marcher, grimper, penser. Marcher, grimper, penser. Redescendre, aussi. Sans le souffle, sans ce premier échange avec le monde, on ne saurait aborder la pente. Et pour grimper, on le sait, il faut d’abord prendre un bon appui, mais il faut aussi regarder vers le ciel, et c’est un problème de savoir ce qui, entre le bas et le haut, importe le plus. Et pour penser, il faut continuer de marcher, de grimper, d’un souffle égal, non sans se demander ce qui, de la terre ou du ciel, reste à penser. Non sans se demander ce qui, des choses ou des hommes, importe le plus. Car, au bout du compte, tandis qu’on lève le bras pour saisir une prise, tandis qu’on s’engage dans une traversée périlleuse sur un fil de neige, vient une troisième question : que peut-on bien faire de soi-même à passer ainsi ? Tout serait en effet plus simple, infiniment plus simple, s’il n’y avait que la montagne, là, devant. Aussi faut-il prendre le temps, au fil des saisons, de dialoguer avec un lecteur qui est kantien au-dessus de 4 000 mètres ; aussi faut-il relire Aristote qui nous explique comment deux font un, regarder le monde du haut de la colonne de Siméon le stylite, essayer de convaincre Heidegger de jouer à saute-néant, mettre Épicure et Levinas dans le même sac, répondre à une philosophe du genre sans susciter son ire, et se remettre humblement à l’école des Stoïciens. Et puis méditer sur la grâce et rencontrer les dieux. Oui, tout serait plus simple si ne survenaient pas la chute de l’âge, ce temps moqueur de la réflexion, et l’impensable, la terrible présence de l’absence, la mort hégémonique prenant ses aises dans la vie de l’autre.

« Car, je vous assure, on peut percevoir la beauté avec ses pieds. Oui, en gravissant une montagne. C’est comme découvrir la vérité pas à pas ; cela ne demande que de la patience et de l’intelligence »

Michel Malherbe.




À propos de l'auteur :

Professeur émérite. Philosophie anglaise (Hume, Reid, Locke).


Courrier électronique : Michel Malherbe


Du même auteur :
  • Vrin – BHP Poche

    Alzheimer : La vie, la mort, la reconnaissance

    Michel Malherbe
    On me demande : « Votre épouse vous reconnaît-elle ? ». Je réponds : « Peut-être. Je ne sais. Mais la vraie question est autre, elle est : est-ce que, moi, je la reconnais, est-ce que je la reconnais non pas telle qu’elle a été, mais telle qu’elle est à présent, dans son inhumaine condition ? Car, enfin, à quoi reconnaît-on qu’un être humain est un être humain ? ». Une question cruelle, en vérité, mais qui ne peut rester sans réponse. Une question terrible, cela est sûr, mais qui ne peut laisser la (...)

  • Thomas Reid : Recherches sur l’entendement humain d’après les principes du sens commun

    Introduction, traduction et notes de Michel Malherbe

    Michel Malherbe
    Les Recherches sur l’entendement humain paraissent en 1764 et sont traduites en français dès 1768, signe d’un rapide succès à l’échelle de l’Europe. La raison de ce succès tient à la richesse de l’ouvrage puisqu’on y trouve une réfutation du scepticisme, une défense du sens commun, une doctrine élaborée des cinq sens, l’amorce des thèmes majeurs de la sensation, de l’attention, de la perception et de la croyance, thèmes qui seront repris et proprement construits dans les Essays on the Intellectual (...)

  • La philosophie de Francis Bacon

    Michel Malherbe
    Bacon fut avocat, conseiller du roi, ministre de la justice et… philosophe. Au début du XVIIe siècle, il proposa une réforme du savoir en même temps qu’une réforme des institutions du savoir. La connaissance n’est pas une oeuvre individuelle, elle est une tâche collective. Le philosophe, ne saurait donc se distraire de la communauté de ses semblables et il doit d’abord les persuader du bien-fondé de son entreprise. Or il n’a d’autre moyen pour cela que la philosophie. Le plan de cet ouvrage est simple : (...)

  • Qu’est-ce que la politesse ?

    Michel Malherbe
    Qu’est-ce que la politesse ? Quelle différence faire entre la politesse du cœur et la politesse des manières ? La politesse est-elle la charité des amours-propres ? La politesse suppose-t-elle l’estime de soi et des autres ? Les Anglais sont-ils plus polis que les Français ? - Peut-on dire que la politesse est la condition de toute culture et un acheminement vers la moralité ?


Haut de page up

rechercher sur le caphi


aide & repérage

logouniv       Le site du CAPHI est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France.      Contrat Creative Commons  

suivre la vie du caphi